Effroyables Jardins, Michel Quint

 

Effroyables Jardins, Michel Quint

 

L'auteur

Michel Quint, romancier français. 1949. Grand-père combattant à Verdun, père résistant.

Le synopsis

Un jeune garçon est submergé de honte toute les fois que son père, littéralement, fait le clown. D'autant plus que cet instituteur respectable est un amateur peu talentueux. Un jour, l'oncle du gaçon, Gaston, lui explique le pourquoi de l'étrange comportement de son père, André. Dans leur jeunesse, les deux hommes ont, après un sabotage, été sélectionnés comme otages. Ils seraient fusillés avec deux de leurs amis si les coupables du sabotage ne se dénonçaient pas ; or les auteurs du sabotrages sont Gaston et André eux-mêmes. L'ironie du sort, le désespoir rythme l'attente de l'exécution qui ne saurait tarder. Emprisonnés dans une fosse, ils sont gardés par un soldat allemand qui parle français, Bernd. Cet homme, clown dans le civil, s'avère être compréhensif et aide les détenus autant qu'il le peut. Il se révèle être soldat nazi par la force du destin, et pas par choix ; il est absolument réfractaire (n'adhère) aux idéaux nazis. Finalement, Gaston et André sont libérés avec les autres otages grâce au geste d'un innocent qui, par le biais de sa femme, s'est déclaré coupable. l'homme, agonisant, a sacrifié les quelques heures qui lui restaient à vivre. D'ailleurs, cruauté du sort, ses graves blessures étaient dû au sabotage, l'explosion d'un transformateur... Gaston et André s'engage dans la Résistance pour de bon. A la fin de la guerre, ils rencontrent la femme de leur sauveur qui épouse Gaston. En hommage à l'humanité de leur gardien, qui les a nourrit, aidé, qui les réconforté par des clowneries, André joue au pierrot.

Les grands thèmes et les particularités

Hommage à la résistance. Autobiographie ?

Hasard, destin -> tragédie grecque.

Style oral, récit ; tournures impropres, grammaire approximative, dialecte/argot.

Emotion, réchauffe le coeur, beauté dans la laideur.

Aspect initiatique pour l'enfant = le lecteur.

Les liens avec la séquence - Dénoncer la guerre

La guerre, injustice, sacrifices ; décisions difficiles.

Camaraderie, compréhension, bonté au milieu de l'horreur, de la mesquinerie.

Conclusion

Leçon de vie et de courage => beauté dans la laideur. Guerre absurde + injuste. Choix à prendre.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×