Ionesco, La Leçon, Extrait 3

&l

 

 

La Leçon, Ionesco

 

 

Eléments introduction

 

  • Eugène Ionesco. Dramaturge ; essayiste, romancier. XXè siècle.
  • La Leçon, une de ses premières pièces. Leçon particulière. Originalité : trois personnages, pas de découpage classique en actes/scènes. Théâtre de l’absurde.
  • Scène du meurtre. Tout bascule dans le drame ; l’absurde s’impose et prend des accents tragiques. Aboutissement, apogée d’une escalade de la violence. Vers la fin de la pièce. Professeur et Elève.

 

 

Développement

 

I. Le Professeur : un bourreau

1. Celui qui inflige la souffrance

 

  • Statuts : insistance, le Professeur est « meurtrier » et l’Elève est « victime » : construction en coordination, antithèse dans le dernier paragraphe (« en même temps, le meurtrier et la victime ») : mise en parallèle, rôles complémentaires.
  • Souffrance physique : découverte du couteau, fébrilité et enthousiasme (verbes de mouvement) ; menace d’ablation des oreilles, familiarité menaçante et manque de maîtrise de soi (« ma mignonne »), marque d’une relation physique, presque intime (abondance de pronoms personnels « te », pronom tonique en apposition « moi », usage explétif) ; meurtre (chp lexical du meurtre, violence).
  • Souffrance morale : harcèlement = empêcher le repos et la réflexion, l’insistance du Professeur est insupportable à l’Elève. Apparence de la pédagogie, d’une leçon, avec impératifs, futur d’ordre (« il suffira que »), répétition du mot « couteau » et de l’ordre « répétez ». Insistance + ordre.

 

2. Celui qui perd le contrôle de lui-même

 

  • Atmosphère de folie pure : rythme saccadé et accéléré ; répétitions et échos d’une réplique à l’autre, parallélismes de construction ; vocabulaire très peu étendu, négation très présente.
  • Transe : chp lexical rituel, transe, répétition de « danse », comparaison « comme le coucou », formule d’atténuation « ça n’a plus d’importance », second coup de couteau = acharnement ; connotation sexuel (coup de couteau « de bas en haut », « soubresaut […] de tout le corps »).

 

 

II. L’Elève : une victime

1. Protestation, refus

 

  • Insolence : phrasé relâché (« C’est du quoi, ça ? »), niveau de langue familier, interjections et onomatopées (« Oui », « Ah »), bcp d’exclamatives et de points de suspension ;
  • Refus : répétition « non », vulgarité (« Ah non ! Zut alors ! J’en ai assez ! »), ironie (didascalie), reproche (à propos de la voix « stridente »).

 

2. Souffrance et mort :

 

  • Anaphore/répétition en « J’ai mal », énumération/gradation parties du corps : insistance, leitmotiv + symbolique (dents -> oreilles-> tête -> parties du corps connotées = gorge, seins, hanches…) : organes de la communication détruits, puis organes plus connotés ; accumulation souffrances dans une des didascalies (« Fatiguée, pleurante… ») ;chp lexical de la chute.

 

3. Ambiguïté de l’attitude de l’Elève

 

  • Abandon de la lutte, consentement : passivité et soumission, tournure « Si vous y tenez ».
  • Provocation : énumération parties du corps suggestives, sensualité (chp lexical toucher, comparaison « comme pour une caresse ») ; instant « lucide,ironique », doute du dramaturge « comme par hasard » ; télescopage d’une provocation extrême et de la mort (c’est après avoir été assassinée qu’elle est « impudique », a les jambes « très écartées »).
    t;/li>
  • Plaisir possible : énumération de termes, parfois équivoques, ds la description de son état : « fatiguée, pleurante… » et « maladive, langoureuse… », parallélisme avec construction « à la fois » et comprenant « extasiée ».
  • => Explications possibles : l’Elève espère arrêter le Professeur en jouant le jeu/ elle est trop épuisée pour réagir/ elle est sciemment ou inconsciemment provocante.

 

 

 

Conclusion

 

  • Thèmes de la souffrance, physique et psychologique ; force du langage.
  • Ambiguïté des personnages : Elève, provocante, masochiste/ victime impuissante ; Professeur, sujet d’une pulsion/ manipulateur qui a tout planifié.
  • Relations humaines : schéma des rôles classique, rôles complémentaires ; domination, bourreau et victime. Relations ambiguës, imprévisibles, malsaines. Evolution surprenante des rôles de l’Elève et du Professeur au long de la pièce : Professeur timide -> incontrôlable et dominateur / Elève pleine d’initiative -> apathique.
  • « Scène » très importante, résolution de la crise.

 

 

Qq procédés remarquables

Répétition « couteau » ; répétition/anaphore « J’ai mal aux dents » ; énumération/ gradation parties du corps ; onomatopées et interjections ; vocabulaire restreint, phrases nominales ; phrases exclamatives ; questions rhétoriques ; impératifs ; points de suspension ; chp lexical exaspération et douleur ; rythme saccadé ; niveau de langue courant puis familier ; pronoms possessifs nombreux ; chp lexical impudeur ; chp lexical hypnose.

 

Problématiques et plans

 

Quels sont les rôles des personnages ?

I. Professeur = bourreau

1. Il inflige la souffrance

2. Il ne se contrôle plus

II. Elève = victime

1. Lutte

2. Souffrance

3. Ambiguïté du comportement

 

Quelle image des relations humaines l’auteur donne-t-il ?

I. Une relation déséquilibrée et marquée par la violence

1. Le Professeur, bourreau/dominant (il inflige la souffrance)

2. L’Elève, victime/dominée (elle reçoit la souffrance)

III. La violence omniprésente

1. La violence infligée : le sadisme

2. La violence acceptée : le masochisme (l’ambiguïté des comportements : le plaisir dans la douleur)

II. Des relations malsaines

1. L’absence de contrôle

2. Les connotations sexuelles omniprésentes

 

Quelle est la place de cet extrait dans la pièce ?  

II. La résolution de la crise

1. La souffrance et la torture

2. Le meurtre comme un viol

II. La symbolique : les relations humaines

1. Le renversement des rôles, illustration d’un schéma classique

2. L’ambiguïté des comportements, la négation du manichéisme (là-dedans, personne n’est totalement innocent ; la victime est provocatrice, le bourreau agit sur une pulsion et n’est pas responsable)

3. L’absence de contrôle

 

Commentaires (1)

1. chaili (site web) 22/11/2010

thanks for your help

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site