E1, Lambeaux, Charles Juliet

 

"La beauté de ce jour [...] lorsque toutes

trois seront mariées", Lambeaux, Charles

Juliet 

 

 

Eléments de l’introduction

 

  • Charles Juliet, XXè siècle. Lambeaux, autobiographie + biographie de deux figures maternelles, la mère naturelle, inconnue, et la mère d’affection.
  • Extrait : début de l’œuvre ; biographie de la mère inconnue (reconstitution) ; paragraphe = unité de sens, de récit = anecdote et interprétation.
  • Style particulier : 2ème du sg, concision, point de vue interne ; prose musicale.
  • Introspection ; opposition : jour heureux avec les sœurs aimées / pensées sombres.

 

*la mère naturelle de Juliet sera dorénavant appelée M1 (« mère n°1 ») pour plus de  fluidité*

 

Développement

 

I. Une journée exceptionnelle : l’aptitude au bonheur de M1

1. Rupture avec le quotidien

  • Moment unique, inhabituel : pronom démonstratif « ce » pour désigner le jour, répétition de « ce » ; introduction par une courte phrase nominale, mise en valeur ; « excitation » avec accumulation d’infinitifs et insistance de l’adverbe « jamais ».
  • Moment agréable, en opposition avec le quotidien pénible : « beauté », « lumière », « t’appartiennent » = connotations positives ; optimisme « heures à venir » ; « […] et qui n’a rien que de très banal », avec tournure négative/restrictive : lucidité, M1 est consciente que ce qui leur procure tant de plaisir est somme toute très normal, idée d’une situation injuste et abusive.
  • => absence des parents, pas de travail, temps ensoleillé.

 

2. Capacité à être heureuse

  • Chp lexical « joie » ; répétition « joie » ; accumulation « vous riez, chantez, avez tant à vous dire » avec rythme ternaire et croissant ; chp lexical émotions positives, avec adjectifs modalisateurs/d’insistance (« une grande paix », « une joie intense et grave ») ; allitération en [b] dans « vie belle et bonne » = douceur.
  •  
  • => ambivalence : quotidien sinistre, déprimant / capacité à être heureuse et à profiter de la vie = opposition situation / possibilités.

 

II. La route : les aspirations de M1

 

1. Aspirations

  • Désir de voyager/de partir : « […] tes rêves, tes désirs, tes aspirations », gradation, rythme ternaire croissant ; tournure emphatique du « cette route, elle » ; accumulation d’infinitifs, verbes d’action (mouvement et déplacement) = tournure performative (ce qu’elle dit a un influence sur la réalité/elle se voit faire ce qu’elle dit) ; « dès que » = idée d’immédiateté, d’automatisme ; répétition « à la rencontre » ; « un jour », CCTemps = futur, idéal, but ultime encore lointain mais réel.

 

2. Lassitude, dégoût

  • Captivité : « l’étau de la famille, à l’ennui du village, des hivers », rythme ternaire, idée d’enfermement (choix du vocabulaire), identification de trois types de prisons : prison affective, sociale, physique ; « délivrée de la souffrance et du mal », poursuite de la métaphore filée de l’enfermement.
  •  
  • => opposition : elle a un idéal, vivre heureuse grâce à l’amour des autres et de soi / elle vit dans un monde tel que cet idéal semble inatteignable.

 

 

III. Une parole facile : les dons de M1

 

1. Dialoguer

  • « tant à vous dire », «  ce que vous vous dites […] vous n’auriez pu vous le dire si vous étiez restées à la ferme » : idée d’une communication habituellement restreinte.

2. Décrire

  • Monologue de M1 : origine = plaisir de contempler la beauté (« partager ton émotion », lyrisme) ; moteur = plaisir de faire plaisir (jeu des pronoms 2ème sg/3ème pl ; métaphore « coule de ta bouche » ; exagération « pendant des jours »).
  • => acte désintéressé, communion fraternelle (sororale ?).
  • Description : verbes d’apparence, de description ; accumulation longue, gradation : du proche vers le lointain, du terrestre vers l’aérien (mouvement d’élargissement, d’ascension) ; chp lexical nature, campagne ; palette des couleurs avec adjectifs qui caractérisent ; chp lexical rigidité, structure (« géométrie », « rigoureusement »…) ; comparatifs dans l’absolu (« plus grands, plus sévères »).
  • Musicalité : rime en [ise] avec « église », « grise », « brise » ; phrases nominales, rythmées.

3. Conter

  • Evocation de la Bible : chp lexical du récit ; Bible, Ancien testament, Job, Jérémie, Ezéchiel, Osée = prophètes => M1 s’identifie à un prophète : visionnaire, révolutionnaire, douée + incomprise + qui trouve son bonheur dans le malheur +/- ; chp lexical malheur ; insistance du pluriel dans « grands malheurs » ; accumulation.
  • => Ambivalence : ce que M1 est/ce qu’elle veut être/ce qu’elle a peur d’être.

 

Conclusion

  • Résumé des caractéristiques de M1 : capacité à être heureuse, aspiration à partir et à vivre dans un endroit d’amour et de paix, dons pour la description et le récit.
  • Oppositions : elle est heureuse mais malheureuse, douée mais brimée, prédestinée mais réticente.
  • Juliet fait revivre la M1 qu’il n’a pas connu : éléments réels (anecdote du pique-nique = témoignage, aspect des paysages = enquête) + éléments fictifs, reconstitués à partir de la probabilité (lecture de la Bible) et de suppositions psychologiques.
  • Prose presque poétique : rythmes, sonorités travaillés.

 

 

Qq procédés remarquables

 

Phrases nominales, rythme bref ; répétition « toutes quatre » ; accumulations ; tournure emphatique « Cette route, elle», pronom démonstratif et avec reprise pronom personnel ; accumulation d’infinitifs, de verbes d’action ; amplification avec la tournure « jamais rien… jusqu’alors » ; chp lexical de l’expression, du récit ; chp lexical de la nature ; parallélisme de construction dans « Leurs visages levés et tendus. Leurs regards étonnés et avides » ; famille de mot de « beauté ».

 

Problématiques et plans

 

Comment Juliet met-il en scène ce souvenir ?

I. Une progression croissante-décroissante sur un rythme accumulatif

1. Une belle journée qui commence 

2. Le point culminant : la démonstration des talents de conteuse de M1

3. La conclusion d’un moment d’exception

4. Le rythme du texte

II. Le symbolisme dans le texte

1. La route, métaphore du départ tant souhaité

2. Le paysage, image vaste monde

 

OU

 

I. Un belle journée : l’aptitude au bonheur de M1

1. Rupture avec le quotidien

2. Le bonheur

II. La route : les aspirations de M1

1. Désir de partir, de voyager

2. Lassitude

III. Une parole facile : les dons de M1

1. Dialoguer

2. Décrire

3. Conter

 

Comment Juliet fait-il revivre une  mère qu’il n’a pas connue ?

En associant faits réels et fiction

I. Une belle journée : anecdote réaliste voire réelle, mais psychologie fictive

1. Rupture avec le quotidien

2. Aptitude au bonheur

II. La route : description d’un paysage réel, mais ressenti « reconstitué »

1. Désir de s’en aller

2. Lassitude, dégoût du quotidien

III. Une parole facile : dons de M1 hypothétiques, mais éléments du récit = référence commune à tous

1. Dialoguer

2. Décrire

3. Raconter

 

Quelle est la dynamique du texte ? Comment Juliet rend-il ces souvenirs vivants ?

Les mouvements dans le récit, révélés par le rythme du texte :

I. Un mouvement d’éloignement

1. Fuite inespérée mais temporaire

2. Espoir d’une fuite future, définitive (nuancer : dernière phrase du paragraphe)

II. Un mouvement de progression

1. Evolution : faire ce qui n’a jamais été fait (dévoiler ses dons à ses sœurs, pour M1 ; ne pas déjeuner ; être seules)

2. Ascension : métaphore du paysage (qui semble s’élargir au fur et à mesure dans la description de M1)

 

Quelle image de la vie et de la personnalité de sa mère Juliet donne-t-il ici ?

I. La sinistre et désespérante vie de M1

1. L’évocation d’une « prison »

2. Le contraste entre l’heureuse journée de liberté et la triste vie quotidienne

II. La riche personnalité de M1

1. Les aspirations à partir pour trouver un monde meilleur

2. Le don de la parole, le goût des mots (artiste)

3. Une sensibilité exacerbée (force des sentiments ; affection pour ses sœurs)

 

Comment est traitée l’autobiographie ? En quoi ce récit est-il autobiographique ?

I. Un personnage central, M1

1. Statut privilégié dans la narration ( 2ème du sg ; point de vue interne ; principal actrice)

2. Dons, aspirations de M1 mis en valeur

II. Un cadre réaliste et réel, la campagne de l’Ain dans la première moitié du XXème siècle

1. La dure vie d’une famille rurale

2. Le paysage caractéristique

3. L’anecdote : abondance de détails réalistes (témoignage d’une des sœurs, probablement)

Commentaires (1)

1. kevin 14/10/2010

Merci pour votre site très intéressant,
Je n\'hésiterait pas à repasser,
cordialement di.
blog immobilier

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site