L'Oeuvre, Zola ; E1, incipit.

 

Incipit de L’Œuvre, Zola


Éléments de l’introduction

  • L’œuvre, Zola, 1886. Roman naturaliste, cycle des Rougon-Macquart. Vie de Claude Lantier, de jeune adulte à mort. Vision de l’homme et du onde pessimiste, qui se veut aussi réaliste que possible.
  • Zola, figure emblématique du naturalisme. Mvt littéraire et artistique du XIXè siècle qui est affilié au réalisme. Volonté de peindre sans idéalisation ni exagération le monde et les hommes grâce à l’Art. Rapprochement méthodes scientifiques et Art.
  • Incipit in media res. Informations distillées au fil du texte, ce qui n’empêche pas de remplir le rôle de l’incipit : indications sur personnages, cadre spatio-temporel ; vision de peintre qui caractérise Claude Lantier. Point de vue omniscient + interne, plus discrètement.


Développement

1. Des persos et une rencontre

A. Claude, perso principal ( ?)

  • Importance : premier mot du texte, seul nom de personnage révélé.
  • Apparence : peu caractérisée ; mal à l’aise avec son corps (« dégingandé », « les mains ballantes »).
  • Statut social : modeste ; gradation dans la révélation (« artiste », « peintre » + noms de rues, « combles »).
  • Psychologie : assez développée ; angoissé (« éperdu », « peur », « tressaillement »), irritable (chp lexical de la colère), brusque (rythme irrégulier de la course), solitaire (« et sa surprise fut extrême »), faible estime de soi (association expression liée à la colère et pronom possessif « une colère de son essoufflement »), passionné par son art (« artiste », « amoureux ») => description morale qui influe sur la représentation physique que se fait le lecteur.

B. Une jeune femme, Christine

  • Apparence : esquissée ; « grande jeune file, vêtue de noir ».
  • Psychologie : facilement effrayée (chp lexical panique avec « grelottait de peur », « sangloter », « bégayer » ; usage fréquent des phrases exclamatives et des points de suspension), enfantine (syntaxe incorrecte du « ne me faites pas du mal ! »), inexpérimentée (provinciale).

C. La rencontre

  • Suggestion des prémices d’un amour : ébauche d’une intrigue, rencontre romanesque, points communs, rôles prédéfinis entre Cl et Ch.



2. Contexte et atmosphère

A. Les lieux

  • Paris, avec gradation vers la précision (« Hôtel de ville », « halles », « Paris »), puis accumulation noms de rues et de monuments.
  • Itinéraire, trajet : enchaînement logique des noms de lieux, chp lexical du déplacement (« passait », « galopa ») ; point de vue interne.
  • Personnification de Paris : vieux (chp lexical de l’ancienneté avec adjectifs qui caractérisent Paris), triste (chp lexical monotonie avec « droite », « plate », « étroite », « triste »), réaliste (ville des réalistes = plein de détails).

B. Nuit d’orage

  • Temps précis : précision « deux heures du matin », référence incontestable « horloge de l’Hôtel de Ville » ; été, « nuit  brûlante de juillet ».
  • Obscurité : répétition de « ténèbres », antithèse entre l’obscurité, la nuit (« nocturne », « ténèbres », « aveuglé ») et la lumière des éclairs (« éclair », « illumina », « réverbération », «  lueur »).
  • Importance, violence : insistance avec adjectifs « épaisses », « vif », « brusque », « formidable », verbe « ébranla », adverbe « brusquement ».
  • Chaleur : « nuit brûlante ».
  • Déluge : formulation « si…que », répétition du « si ».
  • Pr Ch, l’orage est menaçant ; du point de vue de Cl, l’orage est sinistre.

3. Un regard de peintre

A. Lignes

  • Lignes verticales : « la pluie », « hautes fenêtres », « une grande jeune fille ».
  • Lignes horizontales : « le long du quai de la Grève », « les quais de la Seine ».
  • Cercles : « horloge », « il tournait », « une vieille porte ronde et basse ».

B. Couleurs 

  • clair-obscur, jeux de lumières (impressionnisme) : opposition des champs lexicaux de la lumière et de l’obscurité ;
  • la lumière est associé à un moment bref, éphémère (« vif », « brusque ») => gros plans, instantané.

C. Vision

  • description par petites touches, comme impressionnisme ;
  • mise en valeur de la vue (détails, chp lexical lumière, chp lexical vue ou absence de vue, « on vit » = impersonnel qui englobe ts les spectateurs), au détriment des autres sens (pas exploités, sauf ouïe ; mais imprécision), comme en peinture = techniques et limite ;
  • => lecteur devient spectateur, pour mieux s’impliquer ds le récit.


Conclusion

  • Incipit qui remplit son rôle : description cadre spatio-temporel, personnages, ton et point de vue du récit = thème de la peinture ; mise en place d’une intrigue, situation initial et élément perturbateur.
  • Introduction de plusieurs points de l’intrigue : le couple Cl-Ch, l’attirance pour Paris, la peinture, une vie tumultueuse et « orageuse ».
  • Lien à l’Art, peinture : allusions, style, vocabulaire ; réflexions sur les apports et les limites => limites du réalisme-naturalisme dans l’ambivalence fiction artistique/démarche scientifique et exhaustive.


Qq procédés remarquables
Précisions spatio-temporelles ; chps lexicaux colère, peur ; champ sémantique de la vue ; antithèse entre lumière et obscurité ; emphase avec adjectifs d’insistance ; répétition « ténèbres » ; emploi du pronom impersonnel « on » ; syntaxe et formulation maladroite, orale, puérile ; usage répétitif des points de suspension.

Problématiques et plans

Ce texte remplit-il les fonctions de l’incipit ?
1.    Des personnages et une rencontre
2.    Des lieux et un moment
3.    Un point de vue de peintres
Quelle vision de l’Homme et du monde est introduite/proposée par cet incipit ?
1. Description d’une humanité (deux personnages qui sont proposés comme représentatifs d’une partie de l’humanité ; instabilité, difficulté d’interaction et de communication, association malgré tout : illogique, hasard dc peut mener à tout).
2. Description d’un monde (un monde bouleversé, insécurisant ou triste).
3. Point de vue de l’artiste (Zola+Cl => transfiguration du monde par l’Art).

Commentaires (10)

1. Leïla 03/11/2010

Très bien écrit. Dommage que le site ne soit pas plus accessible sur le moteur de recherche.

2. Liia 12/11/2010

C'est bien écrit, ça m'a aidée à faire mon devoir de Français mais il n'y a pas assez de précisions ..

3. Yutube 23/11/2010

Excellentine

4. Tiff 08/01/2011

Han merci ça va beaucoup m'aider

5. harry potter 05/02/2011

jai rien compris

6. harry potter 05/02/2011

je retire ceux kil y a eté dit juste avant erreur ki na vient pas de moi DSL c du tré bon trvail

7. Sarah 01/05/2011

Dans quel chapitre pourrais-je trouver une page représentative de "un regard de peintre" ? Cela m'intéresse beaucoup seulement j'ai trop peu de temps pour lire le livre

8. Marie 13/11/2011

J'aurais bien aimé avoir les personnages féminins avec leurs rôles et leurs places dans L'Oeuvre de Zola.
Mais ceci est bien écrit et compréhensible.

9. lindsay 27/02/2012

ma prof 2 français nous a exactement donné le même plan et la mçeme intro. maintenant je connais ses sources et je pourrais la devancer. MDR

10. BeauGosse76 03/02/2014

Une bonne base pour blablater, merci! :)

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site