L'Oeuvre, Zola ; E2, chapitre V.

 

Extrait du chapitre V de L’Oeuvre, Zola


Introduction

  • L’Oeuvre, Zola, roman naturaliste du cycle des Rougon-Macquart, 1886.
  • Zola, « Pape du naturalisme », chef de file de ce mouvement littéraire et artistique du XIXè siècle. Volonté de tout montrer et de tout dire, exhaustivité + variété des thèmes.
  • Chapitre V. Réception au Salon des Refusés d’un tableau de Lantier, Plein Air. Tableau original, révolutionnaire par la composition, la technique ; expression du réalisme, à l’origine du « plein-airisme ». Réaction de Lantier puis du public devant l’œuvre fameuse. Attitude évolutive de Lantier (déception, fierté), hilarité du public.
  • Début transformation psychologique de Lantier, qui devient de moins en moins équilibré ; cependant, tjrs ds période faste de sa vie.


Développement

I. Regard de Cl. sur son œuvre
Critique, relativement objectif, évolutif.

1. Evolution

  • Réactions : d’abord sentiments, puis réflexion et jugement.
  • Émotions : déception, introduction du texte par « mais », négation ; désespoir : mort intérieure (chp lexical et expressions liées à la mort) ; satisfaction ( « content ») ; calme (« simplement »).
  • Attitude vis-à-vis du tableau : reniement et rejet (horreur, double rythme ternaire, gradations), excuse, rectifications, jugement.
  • Jugement : défauts, puis qualités.

2. Défauts

  • Œuvre étrangère : reproche et mesure de sa déception ; gradation, imparfait (« il regardait son tableau, s’étonnait, le reconnaissait à peine ») ; « comme si […] il ne l’eût pas connue encore ».
  • Œuvre mal présentée : indépendant de sa volonté ; lumière, proportions gâtées ; opposition lumière d’atelier qui abîme et lumière du plein-air, « lumière blafarde de l’écran de toile » ; insistance du « certainement ».
  • Œuvre qui présente défauts de technique et de style : œuvre scolaire (« plus laborieuse », « amusantes uniquement pour des yeux d’artistes ») et grossière (« plus brutale ») ; emploi de superlatifs.
    => Cl. critique tout, sauf ce qui choque le public, càd le thème et la composition = décalage, impossibilité de se comprendre et de communiquer.

3. Qualités

  • Atténuation des qualités en comparaison des défauts : chp lexical singularité avec « seule », « uniquement ».
  • Points positifs : accumulation de termes positifs et de qualités introduite par connecteur logique d’opposition « mais », bien marquer la différence avec les défauts.
  • Mise en valeur de la Femme, début obsession de Cl.
  • => Cl. n’apprécie que ce que le public hue, dont la Femme et la Nature ; opposition de points de vue hermétiques les uns aux autres.


II. Regard de Cl. sur le public

Transition : « Maintenant qu’il avait jugé son œuvre, il écoutait et regardait la foule » ; deux aspects : « écoutait »/« regardait ». Mépris pour la foule, bête et incapable de comprendre + méchante.

1. Aspect sonore, musical

  • La cacophonie : chp lexical musique, orchestre + ouïe : « explosion », en opposition avec la symphonie ; déchaînement du rythme bianaire ; allitérations en r, k, s, désagréables ; opposition « s’aggravait »/« descendantes » ; jeu champ sémantique de « s’aggravait » = de plus en plus grave pr l’oreille/de plus en plus dur.
  • Le public : oppositions « hommes gras », « hommes maigres », « femmes », « jeunes gens »  = oppositions à l’intérieur d’un groupe = groupe disparate mais amalgamé par la sottise ; allitération en g, harmonie imitative ; termes connotés négativement, « tempétueux », « rouillés, « grincements », désagréables mais forts.
  • => Cl. + le lecteur se moque d’un public peu raffiné, bruyant et désagréable.

2. Aspect visuel

  • Groupe, troupeau : chp lexical animalité ; accumulation « hommes gras », « hommes maigres », « femmes », « jeunes gens », « dame ».
  • Décalage entre dignité, situation sociale et comportement : oppositions, « dame »/« genoux serrés », « étouffant » ; verbes à connotation négative « renversaient », « se laisser tomber » ; accumulation, rythme ternaire « se fendre les mâchoires de visiteurs, se rapetisser les yeux, s’élargir le visage ».
  • => ici, dble opposition homme et société : attribut bestialité (rire) = réponse au génie humain + communauté de la bêtise et du conformisme = réponse à la singularité. Critique du public. Agression de la vue développée du peintre, habitué à voir du beau. Observation et description minutieuses, presque scientifiques.


Conclusion

  • Point de vue de Claude, caractérisé par l’objectivité et la lucidité ; superposition point de vue de Zola et point de vue de Claude, ce dernier moins virulent.
  • Basculement psychologique de Cl. se profile : Cl. est encore sain, mais évolution (fascination passagère, émotions extrêmes qui se succèdent ds l’hypersensibilité et la cyclothymie, importance prise progressivement par la femme du tableau).
  • Critique violente du public = société bourgeoise et conformiste, ennemie de l’artiste audacieux et moderne. Incompréhension, impossibilité de communiquer.
  • Allusions historiques au Déjeuner sur l’Herbe de Manet, au Salon des Refusés, à l’impressionnisme et au réalisme.


Qq procédés remarquables

Chp lexical mort subite ; double rythme ternaire, double gradation ; accumulations ; superlatifs ; antithèse « aggravait »/« ascendante » ; allitération en g.


Plans et problématiques


Analysez l’évolution du regard de Claude.
1. Claude et son œuvre
2. Claude et le public
OU
1. Violence des émotions
2. Jugement lucide de son œuvre
3. Observation critique du public

Quelle vision de l’Homme et du monde est transmise/proposée par ce passage ?
Vision pessimiste
1. L’Homme et son œuvre (lucidité + imperfection = désespoir).
2. La société hostile et animale (en opposition à la singularité et à l’humanité de l’artiste).

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site