L'Oeuvre, Zola ; E3, chapitre VII.

 

 

Extrait du chapitre VII de l'Oeuvre, de Zola

Introduction

  • L’œuvre de Zola, 1886. Cycle des Rougon-Macquart. Roman naturaliste, volonté de tout montrer et de tout dire.
  • Emile Zola, figure du naturalisme, mouvement littéraire et artistique du XIXè siècle.
  • Chapitre VII. Lantier revient d’un séjour de 4 ans à la campagne. Premiers jours à Paris, nvité à dîner chez son ami Sandoz. Discussion privée entre Sandoz et Lantier ; Snadoz expose ses théories littéraires en se référant à son nouveau roman, puis décrit les difficultés de la vie d’artiste, notamment l’obstacle que représente l’agressivité des critiques littéraires. Confidences au style indirect libre.
  • L’œuvre souvent considérée comme la description par Zola de ses amis, Cézanne par ex. Ici, grands nombres d’indices et d’allusions qui font penser à un roman autobiographique.


Développement

I. Sandoz, double de Zola

1. Un écrivain naturaliste

  • Allusion directe à Zola, « Pape du naturalisme » : « le premier roman de sa série », cycle Rougon-Macquart.
  • Accumulation qui énumère les thèmes chers au naturalisme : l’Homme : création d’un courant, « nouvelle », aspect scientifique avec vocabulaire expérimental (« étude », « physiologique »), intérêt pour « l’homme physiologique », description de l’homme en tant qu’organisme vivant, avec comportement, caractère, vices ; le milieu : importance avec « rôle tout-puissant » ; la Nature : entité immuable et infinie avec champ lexical grandeur (« vaste », « éternellement »), source de vie comme l’artiste avec « en création » ; la vie : chp lexical de la totalité et de l’accomplissement (« enfin », « totale », « universelle », « qui va d’un bout […] à l’autre »), parallélisme avec « sans haut ni bas »/« sans beauté ni laideur », métaphore de l’hmanité avec « animalité » => culte enthousiaste de la vie, volonté d’être exhaustif et de renouveler en faisant fi des limites imposées par le bon goût ; l’acte sexuel : glorifié et remis en valeur, avec antithèses « origine »/« achèvement » et « honte »/« gloire ».
  • Style naturaliste : chp lexical de la langue (« langage », « mot », « langue ») ; idée de choc, de violence nécessaire avec métaphores mots/« fers rouges » et roman naturaliste/« bain de force » => « une langue sort enrichie » ; crudité, vérité du langage avec « la forme », « phrase écrite, image », « vie du style » associés au chp lexical de la haine « enrage », « haine », « crève ».

2. Un grand travailleur

  • Situation spatio-temporelle : Sandoz en train de travailler, position habituelle « assis devant sa table », « les coudes parmi les pages du livre », pas de pause, obsession dans la conversation.
  • Omniprésence du travail : champ lexical du travail ; répétitions ; champ sémantique ; accumulation. 

3. Un insatisfait pessimiste

  • Difficulté de la création artistique : chp lexical douleur avec gradation, rythme irrégulier et saccadé, ponctuation, anaphore en « moi qui » = registre oratoire, pathétique.
  • Perfectionnisme : tournure emphatique en « Moi que… ! », en « si…que » pr exprimer le degré de douleur engendrée par l’insatisfaction.
  • Pessimisme : connecteur logique en « mais », association chp lexical gaîté avec négation (« gai »/« pas plus » et « contente »/« jamais »), préoccupation de la mort avec périphrase « grande culbute au bout » ds phrase exclamative.


II. Réaction de la critique

1. Agressivité, virulence

  • Parenté avec la situation des naturalistes : emploi du style indirect libre, confusion d’énonciateur entre l’auteur et Sandoz, violence.
  • Agressivité : antiphrase du « Ah, on le lui arrangeait », atténuation avec adjectif et nom « pauvre bouquin » pr montrer que le livre ne mérite pas les attaques ; chp lexical du meurtre et de la chasse ; comparaison naturaliste et brigand avec « comme s’il eût assassiné les gens » ; totalité du « tout », connotation de rejet violent de « jeté » ; chp lexical haine, « baquet aux injures », image d’un réceptacle qui insiste sur le caractère vaste et global des insultes.
  • => dimension sociale, opposition « toute la bourgeoisie » et artiste moderne, ici naturaliste.

2. Incompréhension, bêtise

  • Bêtise remarquable : « étonnement »,
  • Bêtise : emphase avec « profonde inintelligence », exagération dans l’atténuation avec « sans paraître soupçonner » , opposition « ses »/« les », subjonctif, ironie de « faire l’honneur » ; opposition « sots »/« méchants », « encore plus de » ; « crétins », suprême bêtise.
  • Méchanceté : connotation de « gaillards » et idée qu’il sont manipulés par les puissants et les bourgeois, caractérisation du travail mal fait avec « bâclé », opposition « audaces »/« saletés imbéciles ».


Conclusion

  • Aspect autobiographique, naturalisme (manifeste) + souffrance de la création (travail, insatisfaction, angoisses) + combat social (critiques et bourgeoisie) + états d’âme.


Qq procédés remarquables

Chp lexical de l’agression, de la chasse, du travail, de la douleur ; champ sémantique du travail ; répétition « je travaille » ; accumulation ; métaphore romans du naturalisme/bains de force et comparaison naturaliste/brigand ; antithèse « gloire »/« honte » ; subjonctif ; phrases exclamatives ; rythme irrégulier ; périphrase de la mort « la grande culbute au bout ».

Problématiques et plans

Dans quelle mesure cet extrait est-il autobiographique ?
1.    L’écrivain et le naturalisme (manifeste).
2.    La création douloureuse (travail, insatisfaction, angoisses métaphysiques).
3.    L’absence de reconnaissance (combat contre la critique et la société).
OU
1.    Sandoz, double de Zola
2.    Réaction de la critique
Quelle vision de l’Homme et du monde est proposée par cet extrait ?
1.    Douleur et solitude de l’artiste créateur.
2.    Agressivité bête de la société.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×